Des 8000 et des femmes – histoire d’alpinisme au féminin

Aujourd’hui « On n’est pas que des collants » donne une tribune à Thomas de Summit day pour parler d’histoire d’alpinisme au féminin.

Thomas anime un blog consacré à l’alpinisme et surtout à son histoire. Retrouvez ses articles des plus intéressants et très bien écrits sur www.summit-day.com Tout pour parfaire votre culture de l’alpinisme.


blog montagne 8000m femmes alpinisme féminin histoire http://pasquedescollants.wordpress.com

Des 8000 et des femmes

En réussissant l’ascension du Lhotse au mois d’octobre 1986, l’alpiniste Italien Reinhold Messner terminait un pari insensé: la conquête des quatorze sommets de plus de 8000 mètres. Il entrait ainsi définitivement au Panthéon de l’alpinisme et ouvrait la porte aux grimpeurs ambitieux qui souhaitent, eux aussi, laisser une trace dans l’histoire de ce sport si singulier. Trente ans plus tard, ils ne sont que 33 à avoir réussi ce dangereux challenge. Parmi ces athlètes hors-norme, il y en a deux qui méritent peut-être encore plus de respect que les autres : Edurne Pasaban et Gerlinde Kaltenbrunner. Signe particulier : ce sont des femmes.

Chez les hommes, la compétition fut parfois fratricide. Le tragique duel au sommet entre le suisse Erhard Loretan et le français Benoit Chamoux qui se retrouvèrent en 1995 au pied du Kangchenjunga avec chacun l’idée de devenir le troisième homme aux quatorze 8000, est encore dans toutes les mémoires. Loretan arriva le premier et Chamoux ne redescendit jamais au camp de base… Ceux qui attendaient un peu plus de tendresse de la part de la gent féminine allaient bien vite déchanter…

En effet, le 27 avril 2010, après avoir gravi l’Annapurna, la Sud-Coréenne Oh Eun-sun revendiqua être la première femme à réussir les quatorze. Le 10 mai de la même année, la basque espagnole Edurne Pasaban boucla elle aussi ce fameux challenge en atteignant le sommet du Shishapangma. Elle contesta aussitôt la réussite de sa rivale, en remettant en cause son ascension du Kangchenjunga en 2009 en se basant sur une photo du sommet prise dans le brouillard et les témoignages divergents des sherpas qui accompagnaient l’alpiniste Sud-Coréenne. Elizabeth Hawley, légendaire arbitre des ascensions himalayennes, trancha en affublant finalement cette ascension controversée de la mention « contestée » dans sa fameuse « Himalayan Database ». A ce jour, Edurne Pasaban est ainsi, pour beaucoup, la première femme à avoir réussi le challenge des quatorze 8000. De nombreux spécialistes remettent également en cause les moyens peu élégants utilisés par Oh Eun-sun et notamment ses déplacements en hélicoptère de camps de base en camps de base, qui lui permirent d’enchainer quatre sommets entre le 6 mai et le 3 août 2009.

Pour les puristes néanmoins, la seule à jouer véritablement dans la même cour que Reinhold Messner, c’est l’autrichienne Gerlinde Kaltenbrunner qui réussit son quatorzième sommet quelques semaines seulement après Oh Eun-sun et Edurne Pasaban mais qui fut la première à boucler le challenge « by fair means », c’est-à-dire sans oxygène, ni porteur, à l’inverse de ses deux rivales. Pour réussir cet exploit unique dans les annales de l’alpinisme, l’autrichienne s’est appuyée sur l’expérience de son mari, l’alpiniste allemand Ralf Dujmovits, seizième homme à réussir les quatorze en 2009. L’italienne Nives Meroi fut, elle aussi, un temps dans la course puisqu’elle fut, en 2007 après sa réussite à l’Everest, la première à avoir vaincu dix des plus hauts sommets du monde. Son compteur est néanmoins pour l’instant bloqué sur onze.

Mais avant de connaître son épilogue en 2010, l’histoire de la course aux quatorze 8000 fut longtemps tragique… En 1992, la phénoménale alpiniste polonaise Wanda Rutkiewicz disparut ainsi brutalement au Kangchenjunga alors qu’elle tentait d’atteindre le sommet de son neuvième 8000. Un peu plus tard, en 1998, c’est la française Chantal Mauduit qui trouva la mort dans une avalanche au Dhaulagiri, pendant l’ascension de son septième 8000…

Ces deux tragédies, parmi tant d’autres, nous rappellent combien la course aux 8000 est une activité dangereuse et les exploits de Gerlinde Kaltenbrunner et Edurne Pasaban sont autant de pieds de nez à ceux qui pensent que le courage et la volonté sont l’apanage des hommes.

Merci à Thomas de Summit Day pour ce joli exposé de la Grande Histoire de l’alpinisme au féminin!


Quelques liens pour continuer votre lecture sur des histoires d’alpinisme au féminin