Et pourquoi pas l’Himalaya? – Retour sur un trek au Ladakh

Et pourquoi pas l’Himalaya?

Quand deux filles décident de partir en vacances, elles peuvent aller se faire dorer au soleil, faire des visites culturelles, du VTT, du shopping ou boire des cocktails, mais elles peuvent aussi choisir de partir en trek à l’autre bout du monde… Alors pourquoi pas aller marcher dans le massif himalayen? Retour sur notre trek au Ladakh.

Le trek de la vallée de la Markha n’a rien de technique en soi, si ce n’est l’altitude entre 3000 et 5200 m, mais la beauté du paysage et la culture bouddhiste justifient à elles seules le voyage. C’est ainsi que le choix d’un trek entre filles, en semi-autonomie, au milieu du Ladakh s’est imposé. Un voyage « comme dans un documentaire Arte », les ampoules en plus.

Juillet 2013, après un détour épuisant par Delhi, nous arrivons à Leh, point de chute de nombreux touristes venus découvrir les merveilles du Ladakh.

Inde ladakh voyage trek 2013 Nubra photo paysage

Depuis l’avion nous constatons que le paysage survolé est des plus arides, pierres et sol dénudé à perte de vue. L’environnement change quelque peu autour de la ville par le travail de l’homme amenant l’eau de la rivière dans les terres et permettant à la végétation de s’implanter.

trek au Ladakh leh Inde ladakh voyage trek 2013 Nubra photo paysage / www.pasquedescollant.com

À peine sorties de l’avion nous foulons de sol himalayen à 3500m, une altitude peu habituelle pour une ville européenne et pour nous une altitude au-dessous de laquelle nous ne redescendrons pas pendant les deux prochaines semaines. Ville touristique, Leh conserve cependant une ambiance de petite bourgade et contraste agréablement avec l’étouffante Delhi.

leh Trek au ladakh - / www.pasquedescollant.com

Première immersion dans la culture bouddhiste : monastères, gompas et stupas ; un émerveillement à chaque coin de rue. Grimpant à flanc de montagne depuis les rives ombragées de la rivière, la ville représente une étape idéale pour une acclimatation à l’altitude et une découverte de la culture régionale.

Après avoir étudié les cartes, nous décidons de jeter notre dévolu sur le trek de la Markha, pour une découverte de la région. Contrairement aux autres touristes accompagnés de guide et de muletiers pour porter leurs bagages, nous mettons toute confiance en nos épaules, nos pieds et notre lecture de la carte topographique pour mener ce trek à bien.

Le trek de la vallée de la Markha

Un altimètre, une carte plus ou moins juste et sacs sur le dos, nous voilà parties pour la première étape de ce trek qui nous mène jusqu’à Yurutse à travers un paysage très minéral. Première expérience de l’altitude et de la chaleur. L’unique maison de Yurutse accueille de nombreux trekkeurs. A 4000 m d’altitude, le lieu est pourtant entouré de cultures d’orge et fait figure d’oasis. Sans comparaison aucune avec les Alpes !escape ladakh himalata autonomie filles nubra inde Trek au ladakh - / www.pasquedescollant.com

Le trek se poursuit à pas de cosmonautes dans des paysages splendides rythmés par le passage des caravanes de chevaux pour atteindre Skyu. Sur la route nous franchissons un col à 4900m : le Ganda La. Pour notre vision alpino-centrée cela est assez étrange de dépasser l’altitude du Mont-Blanc et d’être encore dominées de nombreux sommets, semblant rigoler de nos repères de sommet de l’Europe.

trek himalaya ladakh markha filles autonomie inde voyage Trek au ladakh - / www.pasquedescollant.com

La fin de la deuxième journée fut diluvienne, la possibilité d’un retour à la civilisation effleure nos esprits, soufflée par des locaux qui se souviennent de la catastrophe de 2010, où de nombreux trekkeurs avaient perdu la vie dans des coulées boueuses.

nubra valley vallée ladakh Trek au ladakh / www.pasquedescollant.com

Chaque jour est un nouveau départ et le temps s’étant stabilisé, nous laçons nos chaussures et remontons la rivière de la Markha. Nous franchissons ses très nombreux affluents, bien souvent seulement aidées de nos jambes, du fait de l’absence de pont… Au moment de la traversée la plus engagée, nous nous rappelons que quand même, le pont est une invention des plus ingénieuses et bien utile et aurait évité à Marine de frôler de près la douche intégrale! De même il est assez étonnant de découvrir à deux heures de marche du plus proche village des tentes proposant du thé, dont le fameux “Milk tea”, un thé au lait sucré, que nous avons consommé quotidiennement tout au long de nos arrêts.

escape ladakh himalata autonomie filles markha inde Trek au ladakh - / www.pasquedescollant.com

Puis le magnifique village de Markha se dévoile à nous pour la troisième nuit. Situés à la confluence de deux rivières, le village et son monastère sont une halte très agréable. Nous avons été accueillis dans une guets-house tenue uniquement par des femmes, où nous avons pu déguster l’habituel Dhal (plat de lentille) accompagné de légumes et de riz, ce qui sera notre unique menu pendant l’ensemble de ce trek. Le coucher de soleil sur le village et les champs qui l’entourent est un spectacle inoubliable.

nubra trek inde ladakh Trek au ladakh - / www.pasquedescollant.com

Durant l’étape suivante nous montons facilement jusqu’au camp de Tchatchuntse par un très beau sentier. Le chemin est, comme depuis le début du trek, jalonné de Stupa, structures sacrées bouddhistes que l’on doit impérativement contourner par la gauche. Le camp de tentes militaires nous permet de ne pas dormir à la belle étoile et de donner un abri à nos têtes remplies d’images magnifiques.

Le lendemain est suivi d’une montée au camp de Nimaling, nuit la plus haute du trek. Le paysage est surplombé par la présence du Kang Yatse un sommet à 6000 m « facilement accessible ». Cette journée sera également l’occasion de découvrir l’immense générosité des locaux qui n’hésitent pas à proposer à Tanya, souffrant d’une forte fièvre, de finir l’étape à cheval. Le camp de Nimaling étale ses tentes à 4700m sur une jolie plaine où paissent chevaux et yaks, au pied du col de Kongmaru La, point culminant du trek. De notre côté nous passerons là notre nuit la plus proche des étoiles de notre vie, de quoi parsemer nos rêves de sommets enneigés et d’utopie alpine.escape ladakh himalata autonomie filles markha indeTrek au ladakh - / www.pasquedescollant.com

L’étape jusqu’à Chogdo est marquée par le passage du col Kongmaru La à 5300m (selon les sources l’altitude diverge, nous avons décidé de retenir la plus haute…)! A 5000 m d’altitude, la montée se fait sentir, mais est vite oubliée une fois au sommet. La descente jusqu’à Chogdo est longue, cependant les changements de couleur des roches, du violet au vert, sont incroyables et concentrent toute notre attention. Les homestays sont moins bondées ici et les gens très accueillants nous permettent de goûter leur « yaourt » maison, fait avec leur unique vache domestique. Fin d’après-midi à se prélasser au soleil avec les amis rencontrés sur le chemin, car l’avantage de ce trek est que l’on croise tout du long les mêmes personnes, ce qui permet de lier contact plus facilement. Au réveil nous constaterons en contemplant les sommets que la neige les a saupoudrés, notamment le col que nous avions franchi la veille : quel timing parfait en notre faveur! (Nous n’aurions pas forcément aimé gravir le chemin jusqu’à 5300m sous la neige et le froid.)

trek himalaya ladakh markha filles autonomie inde Trek au ladakh - / www.pasquedescollant.com

La dernière étape nous amène par gravité à Hemis, connue pour son imposant monastère bouddhiste. Si vous avez le temps, il est possible de dormir dans le monastère lui-même, et de bénéficier encore plus de l’ambiance de retraite bouddhiste. Dans tous les cas, il ne faut pas passer à côté de la visite de ce lieu magique. L’atmosphère apaisante et la spiritualité qui imprègnent ce lieu sont un vrai bonheur à la fin du trek.

escape ladakh himalata autonomie filles markha inde Trek au ladakh - / www.pasquedescollant.com

Pour conclure ce trek

Le trek de 7 jours remontant la vallée de la Markha est des plus dépaysant, et reste facile à réaliser en mode sac à dos. Nous avions opté pour les nuits dans les homestays sur le chemin pour plus de rencontres et de contact avec les habitants. Nous n’avons pas été déçues, mais sachez qu’il est aussi possible de le faire en complète autonomie avec tente.

Le chemin, sans grandes difficultés techniques, est généralement bien tracé et on y est rarement seul. Reste que pour des habituées des cartes IGN, les cartes indiennes sont légèrement déroutantes. Les premières surprises passées, on apprend à remettre en doute les informations; chose rare avec nos cartes IGN.

La religion bouddhiste imprègne les lieux et la population. Les rencontres nous font découvrir un peuple souriant, aidant et accueillant. (ce qui donne un grand côté positif à ce secteur.)

boudisme Inde ladakh voyage trek 2013 Nubra photo Trek au ladakh - / www.pasquedescollant.com

Cette aventure donne envie de découvrir d’autres endroits du massif himalayen indien comme le Zanskar, qui étant plus éloigné de Leh reste plus sauvage.

trek himalaya ladakh markha filles autonomie inde Trek au ladakh - / www.pasquedescollant.com

Nous garderons longtemps à l’esprit ces drapeaux de prières volant sur fond de vallée désertique et de sommets éternellement enneigés

Inde ladakh voyage trek 2013 Nubra photo paysage Trek au ladakh - / www.pasquedescollant.com

Texte et photographie de ce Trek au Ladakh : Tanya NAVILLE et Marine QUIERS

Article publié dans le numéro 61 du magazine Escape.

Magazine escapeprintemps 2016 ladakh himalaya autonomie filles markha inde Trek au ladakh - / www.pasquedescollant.com

Déjà 2 ans que nous sommes revenues avec Marine de 3 semaines en Inde avec trek au Ladakh en autonomie à la clef, dans la vallée de la Markha .

Nous avons vraiment bien profité de la vallée de la Markha et de l’atmosphère des alentours de Leh, et visiter aussi Manali, le Taj Mahal…

Quelques photos de ce Trek au Ladakh

Pour revivre ce trek au Ladakh retrouvez ci-dessous un diaporama:

tREK AU lADAKH ENTRE FILLES-inde-vallee-markha-autonomie-randonnée

 

4 Comments

  1. Juju 4 juillet 2016 at 19:05

    Bonjour,

    Bravo pour ce récit et ces magnifiques photos.

    Je compte aussi faire le trek de la Markha en Septembre prochain. Mais le planning est un peu serré et je e pourrais faire que 6 jours de trek max.

    Le trek de la Markha en partant de Spituk prend 8 jours (mais vous l’avez fait en 7 jours):
    http://www.ju-lehadventure.com/trekking_markha_spituk.html

    Le trek de la Markha en partant de Chilling ne prend que 6 jours:
    http://www.ju-lehadventure.com/trekking_markha_chilling.html

    Je pourrais donc choisir la 2e option… mais le passage du Ganda La me tente bien aussi… Pensez-vous qu’il soit possible de faire le trek au départ de Spituk en 6 jours (je suis prêt a faire de longues journées). Si oui, comment organiser les étapes ?

    Merci !

    1. tnaville 5 juillet 2016 at 07:28

      Bonjour,
      Oui je pense que cela est possible en sautant l’arrêt à Hemis, même si cela vaut vraiment le détour.
      Sinon comment souhaitez-vous faire le trek, en autonomie, avec porteur…. ? Car je pense que cela peut jouer sur la durée des étapes.
      Après il ne faut pas négliger l’altitude et les passages des cols qui peuvent ralentir quelque peu la progression.
      Je reste à votre disposition pour d’autres questions au besoin.

      1. Juju 5 juillet 2016 at 08:22

        Bonjour et merci pour votre réponse.

        J’aimerais faire ce trek en autonomie, mais il n’est pas exclu que je parte avec un porteur si c’est la seule option réaliste pour que je puisse faire ce trek en 6 jours.

        Je pense faire les étapes suivantes :
        Jour 1 : Spituk – Yurutse
        Jour 2 : Yurutse – Ganda La – Skiu
        Jour 3 : Skiu – Markha
        Jour 4 : Markha – Hankar
        Jour 5 : Hankar – Nimaling
        Jour 6 : Nimaling – Hemis

        Je suis un peu inquiet pour le jour 2, et les risques du mal des montagnes si la montée en altitude est trop rapide. Mais c’est aussi ce que vous aviez fait donc cela doit être jouable.
        Le jour 6 risque aussi d’être long, mais si je ne peux pas aller jusqu’à Hemis alors je m’arrêterai a Martselang et je monterai en taxi pour visiter le monastère d’Hemis.

        Merci pour votre aide !

        1. tnaville 8 juillet 2016 at 07:40

          Je vous conseille de passer un peu de temps d’acclimatation à Leh (3500m) avant de partir. Sinon il est sur que la montée en altitude sera difficile les premiers jours… Mais 2 ou 3 jours de balade tranquille sans sac autour de Leh feront l’affaire!
          Bon voyage!
          Et je suis intéressée de savoir comment celui-ci ce sera passé!!