Podcast « Montagnes au féminin »

Découvrez des portraits de femmes inspirantes avec le nouveau podcast « Montagnes au féminin ».

MONTAGNES AU FÉMININ est un podcast qui va donner la parole à des femmes dont la montagne est leur terrain de jeu. 

Il y a quelques mois nous avons échangé avec Amandine lors de la création de son podcast « Montagne au féminin. Depuis le départ nous voulions lui laisser une tribune sur le blog, mais étant de chaque côté assez occupés avec nos projets, cet article a mis plus de temps que prévu à voir le jour

Montagnes au féminin podcast interview amandine outdoor aventure blog femmes

En effet quand nous avons vu que des femmes inspirantes se faisaient tirer le portrait sur un nouveau média 100% féminin sur le thème de l’aventure et de la montagne, nous avons voulu relayer l’information.

Nous sommes encore peu habitués au format audio comme le podcast, pourtant cela permet à un plus grand nombre de personne de découvrir ces portraits. Dans les transport en commun, dans la voiture, en faisant du sport, ou en étant confiné chez soi, le podcast est facile à écouter.

Maintenant on ne vous fait plus attendre, place à l’interview d’Amandine la créatrice du podcast « Montagnes au féminin »

Interview d’Amandine créatrice du podcast « Montagnes au féminin »

Bonjour Amandine. Aujourd’hui nous t’accueillons sur les pages de notre blog « On n’est pas que des collants », mais d’habitude c’est plus toi qui pose les questions sur ton podcast « Montagnes au féminin ». 

Avant de te poser plus de questions pourrais-tu te décrire en quelques mots ?

Bonjour On n’est pas que des collants et merci beaucoup pour cette belle occasion de faire découvrir mon podcast !

Je m’appelle Amandine, j’ai 29 ans et je suis née à Toulouse. Mon amour de la nature et des montagnes vient sans aucun doute de mon éducation. Ma mère nous a amenées ma sœur et moi, dès notre plus jeune âge, en randonnée dans les Pyrénées et mon père avait le rêve de devenir accompagnateur en moyenne montagne. Je ne l’ai jamais connu, il est décédé avant ma naissance dans un accident de spéléologie. Sachant sa passion pour l’escalade, j’ai voulu commencer à en faire à l’âge de 14 ans. Étant donné notre contexte familial, ma mère a refusé pendant de nombreuses années que je pratique ce sport. Je me suis beaucoup cherchée, j’ai fait des études en école de commerce, j’ai travaillé en tant qu’attachée de presse pour une société de distribution de films à Paris. Indépendante financièrement à 25 ans, je me suis inscrite au club alpin d’Ile de France et c’est finalement là que j’ai véritablement découvert l’escalade.

Très vite mon amie Camille, rencontrée au CAF, m’a initiée aux grandes voies dans les Calanques. Un an plus tard on partait faire un tour des Alpes pour grimper. Pendant plusieurs mois, j’ai eu l’impression d’avoir une vie à double sens entre ma vie professionnelle et mes escapades d’escalade qui renforçaient mon envie de nature. Je quittais par exemple le monde du cinéma au festival de Cannes, où j’avais travaillé pendant plusieurs jours, pour partir grimper dans les Calanques chargée de mon gros sac à dos. Le contraste était assez flagrant.

Pour prendre du recul et réfléchir à la personne que j’avais envie de devenir, j’ai décidé de partir, seule, vivre au Canada. J’y suis depuis août 2018 et j’ai commencé à vraiment m’épanouir là-bas en donnant la priorité à mes passions, en numéro 1 l’escalade. J’ai d’abord vécu à Vancouver pendant plusieurs mois avant de déménager à Montréal. Installée depuis maintenant un an, j’y ai trouvé un équilibre entre ma vie personnelle et professionnelle. Je travaille aujourd’hui en tant que responsable marketing dans une boutique de vêtements de montagne et je profite du plein air dès que possible.

Montagnes au féminin podcast interview amandine outdoor aventure blog femmes

Aiguille de la Vanoise (juillet 2017)

Montagnes au féminin podcast interview amandine outdoor aventure blog femmes

Au parc national de Banff (juillet 2019)

Cela fait plusieurs mois que l’on peut écouter tes chroniques qui nous amènent à découvrir des portraits de femmes inspirantes. Comment l’idée de ce podcast t’est-il venu?

Ce fut le résultat de plusieurs constats.

Quand je vivais en France, je remarquais que beaucoup de femmes n’avaient pas vraiment confiance en elles, moi y compris. Cette non-confiance, je la voyais au quotidien : au travail, dans les relations personnelles et dans les pratiques sportives. J’avais l’impression qu’en tant que femme, on ressentait une certaine forme de gêne, qu’on devait souvent se justifier, et prouver aux autres et à soi-même qu’on était capable. Parfois, il est difficile de s’auto convaincre de nos capacités. Côtoyer des femmes fortes et bienveillantes peut aider à prendre confiance en soi !

En arrivant au Canada, j’ai découvert que les relations hommes / femmes étaient très différentes. J’y ai rencontré des femmes fortes, indépendantes, humbles et fières d’être qui elles étaient et je n’ai pas ressenti cette gêne dont je parlais juste avant.

Quand on évolue dans un milieu différent et bienveillant, comme celui dans lequel j’évolue depuis presque deux ans au Canada, on change sa façon de penser. Mon expérience en Amérique du Nord et la découverte d’associations de montagne, pour la plupart anglophones, m’ont fait découvrir la possibilité de s’affirmer en tant que femme. Il existe de plus en plus d’initiatives francophones par et pour des femmes et c’est tant mieux !

Donner la parole à des femmes fortes, qui font des choix atypiques, qui parlent ouvertement de leurs expériences, de ce qu’elles ont appris étaient le meilleur moyen pour moi d’inspirer des femmes francophones. Montrer d’autres façons de vivre, d’autres choix, aide à ouvrir le champ des possibles. 

A l’heure des vlogs sur YouTube on voit de plus en plus le développement de podcasts (d’abord anglophones puis maintenant aussi francophones) Pourquoi avoir choisi le format podcast? Quels avantages trouves-tu à ce format?

Au début, je ne connaissais pas le format podcast. Mon rêve absolu était de réaliser un film de grimpeuses à travers le monde. (L’association Never Not Collective a produit en 2019 le film Pretty Strong que je vous conseille fortement). J’ai beau avoir beaucoup de volonté pour apprendre de façon autonome, la réalisation d’un film documentaire prend du temps. J’avais envie de réaliser mon projet tout de suite ! C’est à l’occasion d’une traversée des États-Unis d’Est en Ouest, que j’ai faite en juillet 2019 en van, mon amie Prudence m’a fait découvrir plusieurs podcasts, La Poudre, Génération XX et j’ai adoré le principe. J’ai décidé de créer le mien et le trajet en voiture s’est transformé en une interminable réflexion avec Prudence sur comment concrétiser ce projet !

Pour nous mettre l’eau à la bouche pourrais-tu nous donner des exemples des femmes que tu as interviewées? Quelle est l’histoire qui t’as le plus touchée?

Pour vous donner envie de découvrir le podcast, je vais citer ces quelques lignes issues du média québécois Espaces.

« Très intime, presque feutré, le balado (podcast) d’Amandine Géraud est une belle promesse. […] Le podcast est basé sur de longues entrevues où Amandine questionne ses invitées, toutes aventurières, randonneuses ou simples sportives sur leur passion du plein air.

Ce faisant, elle pousse ses auditeurs à la réflexion sur les spécificités féminines de l’aventure, les approches et les rythmes différents des femmes, les rapports entre sexes ou encore le besoin d’inspiration et de modèles féminins. »

À ce jour, l’entrevue la plus écoutée est celle d’Émilie Pellerin (plus de 800 écoutes), une des plus fortes grimpeuses québécoises (aussi bien en sport, en trad (terrain d’aventure) qu’en grandes voies). A titre d’exemple, elle a flashé Hulkosaure, une 8b dans les Gorges du Verdon.

Montagnes au féminin podcast interview amandine outdoor aventure blog femmes Emilie Pellerin grimpeuse quebecoise

Ces dernières semaines, j’ai décidé de réaliser des entrevues en direct (souvent les samedis ou dimanches à 13h – heure au Québec et 19h – heure en France). Il y a quelques jours, j’ai interviewé Marie-Pier Tremblay, une jeune femme qui est partie seule faire le Pacific Crest Trail, un chemin de randonnée de plus de 4000 kms qui relie la frontière du Mexique à la frontière du Canada. Ces interviews en direct permettent aux gens de pouvoir poser leurs questions à la fin.

La prochaine entrevue est samedi 11 avril et ce sera une discussion avec Geneviève Locas, une créatrice d’expériences en nature, enseignante de yoga, facilitatrice et photographe.

Je vous mets le lien si vous souhaitez vous inscrire : https://www.eventbrite.ca/e/inscription-podcast-live-avec-montagnes-au-feminin-et-genevieve-locas-101835093506

Il est très compliqué pour moi de faire un choix sur une histoire qui m’a le plus touchée. En essayant de répondre à cette question, je me souviens de chaque entrevue comme étant un moment très fort pour moi et je garde un précieux souvenir de chacune de ses rencontres.

Comment as-tu décidé des femmes à interviewer ? Avais-tu commencé l’idée de ton podcast avec une liste précise , ou une rencontre en a enchaîné une autre?

Je passe beaucoup de temps à trouver les femmes que je souhaite interviewer. Je suis très sensible à découvrir qui elles sont avant de leur proposer une entrevue.

J’ai rencontré certaines d’entre elles en grimpant en salle d’escalade, comme Emilie Pellerin, ou en voyage de grimpe. J’ai passé mes dernières vacances à grimper au Mexique à Potrero Chico et j’y ai rencontré Zoé Beauchemin, une jeune grimpeuse de 23 ans que j’ai interviewée pour écrire un portrait d’elle. J’ai rencontré Caroline Côté, une cinéaste d’aventure et exploratrice, dans un festival de films de montagne de femmes. 

Je passe aussi beaucoup de temps (trop sûrement J) sur Instagram et je découvre beaucoup de profils de femmes très inspirantes. Je lis leurs posts et remonte souvent leur fil d’actualité pour connaître leur parcours. Parfois, les personnes que j’interviewe me donnent également des idées de femmes inspirantes.

Peux-tu nous donner une idée du nombre d’auditeurs que tu as? En effet, en te suivant sur les réseaux aux sociaux on voit de plus en plus de personnes qui te font un retour sur les émissions. C’est super de voir ce réseau se créer. Te ressens-tu à l’initiative de ce réseau mettant en contact des femmes inspirantes ?

Je me sens extrêmement reconnaissante et chanceuse que ce podcast plaise. Je l’ai créé en octobre 2019 (il y a à peine six mois) et à ce jour, j’en suis à 4500 écoutes en tout avec six épisodes.

Je reçois beaucoup de messages positifs, d’encouragements de femmes mais aussi d’hommes. Beaucoup d’associations en parlent sur leur plateforme, comme vous par exemple ! (Merci encore ! Ça donne la chance à d’autres personnes de découvrir le podcast.)

Tous les projets associatifs ou d’entrepreneuriats arrivent à émerger à la seule condition que les gens les soutiennent et les partagent. Souvent ce sont des projets liés à des passions, que l’on crée seule ou avec l’aide de quelques ami(e)s et le moindre message positif que l’on reçoit égaye vraiment notre journée.

Comme je l’écrivais plus haut, je remarque qu’il y a de plus en plus d’initiatives francophones qui se créent ; pour faire découvrir aux femmes les activités de montagne, pour les rendre plus autonomes ou pour les inspirer davantage. Je pense notamment au festival de films de montagnes de femmes que vous avez créé Femmes en montagne. Je crois qu’il est important de faire des ponts entre chacun de ces projets, de communiquer entre nous, de s’entraider, d’imaginer des idées ensemble et de continuer à réfléchir à la façon dont on peut faire évoluer les mentalités.

Quels sont tes projets pour les mois à venir pour le podcast « Montagnes au féminin »?

J’ai mille idées pour continuer à développer Montagnes au féminin, dont le projet le plus imminent est la diffusion d’entrevues de femmes françaises. Il y en a beaucoup qui m’inspirent et que j’aimerais interviewer. J’ai longtemps pensé que le fait d’habiter au Québec allait être un frein pour développer la communauté en France mais ce n’est pas le cas. Mon auditoire est constitué de 60% de personnes habitant au Canada, 30% en France et 10% dans le reste du monde (Suisse, Belgique, Chili, Allemagne, Portugal). Il fallait simplement trouver la meilleure façon pour enregistrer des épisodes à distance. La dernière entrevue en direct que j’ai enregistrée m’a montré que l’on pouvait créer une bonne dynamique et une belle complicité, même à distance.

Je réfléchis aussi à d’autres façons pour rassembler la communauté de femmes de plein air, comme la création d’évènements ainsi que créer d’autres formats d’entrevues.

J’aimerais aussi élargir les thématiques du podcast. Le nom Montagnes au féminin peut englober beaucoup de sujets et je ne veux pas me limiter seulement à la pratique des sports de montagne, même si ce sera la plupart du temps ce que je mettrai en avant.

Comment peut-on suivre « Montagnes au féminin » ? 

Instagram podcast Montagnes au féminin femmes inspirantes outdoor montagne aventure

Le podcast Montagnes au féminin est disponible sur les différentes plateformes d’écoute, Apple Podcast, Spotify, Deezer et Soundcloud en écrivant dans la barre de recherche « Montagnes au féminin » et vous pouvez me suivre sur Facebook et Instagram @montagnesaufeminin.

J’espère que je vous ai donné envie d’aller en apprendre plus sur mon projet « montagnes au féminin »

Merci mille fois à « On n’est pas que des collants » de m’avoir donné l’occasion de faire découvrir Montagnes au féminin.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.