Sportive et maman – En escalade avec Caroline Ciavaldini

14/12/2021 | Interviews, Montagne au féminin

Accueil 5 Interviews 5 Sportive et maman – En escalade avec Caroline Ciavaldini
Le sport et la maternité, en voici un vaste sujet sur lequel on nous interroge souvent. N’ayant que notre expérience à partager nous nous sommes tournés vers des sportives afin d’avoir leur avis sur ce sujet.

Nous avons rencontré Caroline et James lors de la présentation de leur film : New Life au festival de films Femmes en montagne.

(D’ailleurs vous avez encore jusqu’au 18 décembre pour prendre le pass digital du festival Femmes en montagne et regarder les 24 films sélectionnés)

Nous avions adoré leur vision de la parentalité combinée avec leur passion l’escalade. New Life est un film qui fait du bien pour les jeunes parents où les personnes qui se posent des questions sur le fait d’avoir des enfants et la place de leur passion sportive dans cette nouvelle vie. Un témoignage inspirant, et loin des clichés moralisateurs. On aime aussi dans ce film de voir des grands sportifs donner aussi leur vision de la parentalité, car effectivement c’est un changement de vie qui peut effrayer pour des sportifs.

On est très heureux sur le blog de donner la parole à Caroline Ciavaldini pour qu’elle nous parle de ce vaste sujet!

 

Sportive et maman - En escalade avec Caroline Ciavaldini

Découvrez Caroline Ciavaldini grimpeuse professionnelle et maman

Peux tu te présenter en 2 lignes?

Je suis Caroline Ciavaldini, je suis grimpeuse professionnelle, je fais de l’escalade sportive et du trad, c’est à dire de l’escalade d’aventure. J’ai 35 ans, j’ai un petit garçon de 2ans et demi, Arthur, et un bébé qu’on attend pour octobre, avec mon mari James Pearson, qui est également grimpeur professionnel.

Quels sports pratiquais tu avant ta grossesse et à quel niveau ?

Je suis une grimpeuse pure, c’est à dire que je ne fais presque que de l’escalade. Avant ma grossesse, je faisais beaucoup de voyages d’aventures, avec ouvertures de voies sur du rocher vierge, et mon meilleur niveau en falaise c’était du 8c, du 7c+ en bloc. Je faisais aussi un peu de VTT, pour avoir l’occasion d’une approche en mouvement dans un paysage.

Comment as tu pu continuer à pratiquer enceinte et avec quelle adaptation ?

Quand nous avons décidé d’avoir un bébé, nous nous sommes immédiatement dit que j’écouterais mon corps avant tout. J’ai une gynécologue efficace mais qui ne connais rien à l’escalade, elle m’a immédiatement dit qu’il fallait arrêter, je pense qu’elle imagine que je fais du solo:). Je lui ai dit oui en sachant que je ne pourrais pas compter sur elle pour savoir ce que je pouvais ou ne pouvais pas faire. J’ai la chance d’avoir une amie sage femme et excellente grimpeuse, j’ai pu lui poser beaucoup de questions. Mais au final, ce sont mes propres sensations qui m’ont guidée. Cela dit je suis une sportive, très habituée à écouter ce que me dit mon corps. C’est uniquement comme cela qu’on peut éviter les blessures! J’ai donc continué à faire des voies, en tête jusqu’à 4 mois et demi, et jusque là je m’autorisais à forcer, à aller dans des dévers. Tout le monde a peur de la chute pour le bébé, mais je trouve cela un peu ridicule, si on a un assureur compétent, en dévers on ne fait que tomber dans l’air, il n’y a aucun choc! Vers 4 mois et demi mon ventre commençait à grossir, j’ai senti qu’il fallait arrêter de grimper en tête, aussi parce que je devais arrêter les dévers pour ne plus faire de gainage. Et dans de la dalle, oui la chute en tête peut entraîner un choc. Je suis donc passée à la moulinette, et j’ai baissé peu à peu l’intensité. J’ai continué à grimper jusqu’à 8 mois, mais à 8 mois je ne faisais que du très facile, surtout des voies en second pour la ballade verticale avec James. J’ai choisi de ne pas acheter un baudrier de grossesse parce que je trouve son prix exorbitant, au lieu de ça j’ai adapté un grand baudrier avec des sangles en plus pour rediriger le poids vers les cuisses et la poitrine.

 

Sportive et maman - En escalade avec Caroline Ciavaldini

Après l’arrivée du Petit comment as tu repris le sport et à quel moment?

J’ai tenu un journal, du coup je peux être assez précise là dessus:http://onceuponaclimb.co.uk/portfolio-posts/year-one/2 semaines après bébé, j’ai pu commencer de tous petits exercices, avec l’accord de la sage femme qui me suivait. On ne peut pas vraiment parler d’entraînement, juste de rééducation. Quelques steps, quelques mouvements avec des poids de 1kg! Toujours avec bébé en porte bébé, parce c’était un petit koala, et qu’il ne voulait pas être posé. 3 mois après l’accouchement, j’ai doucement recommencé à grimper, mais j’étais extrêmement nulle, la pire forme de ma vie, et de loin. J’y suis allée tout doucement, d’abord parce que j’étais épuisée avec zéro temps, et bien sûr pour ne pas me blesser!

As tu rencontré  des difficultés ?

Je n’avais pas du tout anticipé qu’un bébé, ou du moins le mien, ne me laisserait ni le poser, ni m’assoir avec lui. Arthur avait constamment besoin de mouvement, du coup il était toujours en porte bébé. James était très présent, et en y repensant logiquement, je ne comprends pas comment on pouvait être aussi épuisés, mais clairement on était tous les 2 dans un état de fatigue qui rendait le retour à l’entraînement très difficile. Je dirais qu’il faut vraiment s’attendre à être nulle, molle, moche, mauvaise, pour ne pas être désespérée devant l’énormité de la montagne à franchir. Quand bébé a eu 6 mois, je me suis blessée. J’avais vraiment essayé d’y aller doucement, mais je me suis mise à travailler une voie en 8b+ qui était trop exigeante. J’avais dans la tête l’idée d’être « revenue » à 6 mois, et je faisais une compétition avec moi même, ce qui m’a empêcher de voir que j’allais me blesser. Je me suis distendu un biceps, ce qui m’a obligé à ralentir la reprise. Ce n’était pas une blessure grave, mais j’ai du y aller plus doucement, retarder mes séances de tractions.

As tu des conseils à ce sujet à partager ?

Si seulement j’avais pu me dire à moi même : « suis ton petit chemin, bébé va apprendre  se poser, à dormir, et toi tu vas remonter la pente petit à petit », je ne me serais pas autant inquiétée…Et cette idée fixe de revenir le plus vite possible… pffff. Il faut vraiment de la motivation pour réussir à revenir, mais se mettre un chrono c’est juste idiot!

Pratiques-tu des sports avec le petit? Si oui les quels et comment t’organises tu?

Très vite on a emmené Arthur en falaise. Il a une petite tente de bébé dans laquelle on lui a appris à faire la sieste, et même aujourd’hui hui à 2 ans et demi il l’adore, il passe du temps dedans à caresser son doudou, lire ses livres, dormir… Du coup l’un grimpe, l’autre assure en surveillant Arthur. C’était vraiment complexe au début, on a du s’autoassurer beaucoup parce qu’il fallait garder Arthur en porte bébé au pied de la falaise, et petit à petit tout s’est amélioré. Aujourd’hui c’est vraiment très facile d’emmener Arthur grimper avec nous, il adore être dehors, jouer avec de la terre, des bâtons, des feuilles, explorer… On fait aussi du VTT, on a une carriole amortie dans laquelle il est très à l’aise, on s’en sert depuis qu’il a 5 mois! C’est vraiment un de ses endroits préférés, son carrosse avec papa en cheval!

Quand as tu pu reprendre le sport au même niveau qu’avant?

J’ai refait un 8c quand Arthur a eu 1 an et 10 mois, et j’avais réussi un 8A bloc, un meilleur niveau qu’avant, quand il a eu 1 an. Je dirais qu’il m’a fallu 1 an et quelques pour vraiment revenir, mais aujourd’hui j’aime encore plus grimper qu’avant bébé, parce que ces moments sont plus précieux. Et maintenant je suis enceinte de bébé n°2, du coup… c’est reparti pour un tour:)

Sportive et maman - En escalade avec Caroline Ciavaldini
Sportive et maman - En escalade avec Caroline Ciavaldini

 

Pour en savoir plus, et si vous aussi vous vous demander comment combiner escalade et parentalité Caroline et James on créé un blog où ils parlent de ces questions : http://onceuponaclimb.co.uk/parents-and-climbers/

Visité 368 fois, 1 visites aujourd'hui.

Newsletter

Suivez nos aventure, abonnez-vous !

Une newsletter mensuelle pour recevoir les derniers articles parus.